Le désert du Namib

Le désert du Namib est sans conteste l’un des moments les plus forts d’un voyage en Namibie, et représente une raison à lui seul de venir visiter le pays. S’étendant sur 32.000 km² et dépassant les 80 millions d’années, le plus vieux désert du monde inspire un respect immédiat. Sa beauté ensorcelle, son immensité impressionne et sa quiétude apaise. Dunes à perte de vue, montagnes, savane et salars composent cet endroit unique au monde, qui se laisse contempler encore et encore, changeant continuellement au grès du jour et du vent. Malgré l’apparente rudesse de son climat, le Namib héberge une faune importante, et il est courant de croiser Oryx et Springbox. Ces rencontres oniriques subliment encore d’avantage un paysage à couper le souffle.

La majestueuse Big Daddy dans le désert du namib
A l'assaut de la célèbre dune Big Daddy
Les dunes du désert Namib
Le sol craquelé de Dead Vlei

Guide pratique

Pour visiter le célèbre désert du Namib, il faut se rendre dans la petite ville de Sesriem, qui marque l’entrée dans le parc du Namib-Naukluft.

Sur le chemin, ne manquez surtout pas la fameuse McGregor’s bakery de Solitaire. On y fait d’excellent Apple pies et strudels dans un décor surprenant à la Bagdad Café.

Une fois dans le parc du Namib, une route permet de rejoindre Sossusvlei et Dead Vlei. Celle-ci est divisée en deux parties :

  • La première est une route goudronnée de 60km très roulante et empruntable par tout véhicule. Attention toutefois, la vitesse y est limitée à 60km/h !
  • La deuxième est une piste de sable mou de 5km réservée aux 4×4. Si vous n’en avez pas, un parking est présent avant l’entrée sur la piste et des navettes permettent de parcourir les 5 derniers kilomètres. Attention par contre, j’ai lu qu’il fallait parfois attendre longtemps avant de monter dans la navette de retour.

La question de l’hébergement est ici assez cruciale puisque en fonction de ce que vous choisirez, le programme pourra en être largement impacté.
L’entrée du parc est en effet marquée par deux portes aux horaires différentes. La porte extérieure est ouverte du lever au coucher du soleil, alors que la porte intérieur ouvre 1h plus tôt et ferme 1h plus tard. Dormir entre les deux portes (il n’y a pas d’hébergement au delà) permet donc de profiter plus longtemps du parc, et notamment d’y savourer les magnifiques couleurs de l’aube.

Seuls deux hébergements se trouvent entre ces deux portes :

  • Le camping de Sesriem, qui possède de grands emplacements ombragés raccordés à l’électricité, des sanitaires communs, un bon restaurant et une petite épicerie. Ce camping, sans être exceptionnel, est tout à fait correcte.
  • Le Sossusvlei Lodge, un hébergement luxueux aux prix élevés que je n’ai personnellement pas visité.

Quel que soit votre choix, il sera nécessaire de réserver très longtemps à l’avance si vous souhaitez avoir de la disponibilité. A titre d’exemple, en réservant mes hébergements en décembre pour un voyage en septembre, le lodge était déjà complet.

Je recommande vivement de dormir à l’intérieur du parc. Si toutefois il n’y avait plus de place à vos dates, de nombreux lodges ou camping existent également dans les environs de Sesriem.

En préparant le voyage, je n’arrêtais pas de me demander comment organiser ces deux jours au milieu des dunes. Je multipliais forums et blogs et je changeais d’avis 10 fois. Je ressassais les mêmes questions encore et encore : vaut il mieux admirer le lever du soleil sur la dune 45 où bien rouler directement vers Big Daddy ? Est-ce judicieux de faire la route vers Sossusvlei deux fois ? A t’on le temps de contempler le coucher du soleil depuis la Dune 45 ?

Pour tenter de trouver le programme idéal, commençons tout d’abord par la toute première question : combien de temps rester dans le Namib ?
C’est bien sûr une question importante, mais il est pourtant bien difficile d’y répondre. Tout dépend de vos envies et du temps total de votre voyage. Sachez en tout cas que la visite du parc peut tout à fait s’organiser sur une journée, mais que je conseille toutefois d’y consacrer au moins deux jours afin de savourer pleinement ce décor unique.

Pour ma part, après de nombreux changement d’avis, je m’étais finalement décidé sur l’organisation suivante :

  • 1er jour : Aller admirer Sossusvlei ou grimper la Dune 45, puis assister au coucher du soleil au sommet de la Dune Elim.
  • 2ème jour : Se lever très tôt et conduire jusqu’à Big Daddy pour éviter les foules et profiter des magnifiques couleurs de l’aube. Aller ensuite se ballader dans le Canyon de Saisirent.

Sur place, le programme a finalement été un peu différent, comme vous pourrez le lire dans mon récit complet plus bas.

Mes incontournables du Namib

Les marcheurs de Big Daddy
1. Gravir Big Daddy dès l’aube

Dépassant les 325 mètres de hauteur, Big Daddy est la plus haute dune du désert. Elle offre un panorama à couper le souffle sur une véritable mer de dune, et surplombe le très célèbre Dead Vlei. Son ascension, plutôt éprouvante, est à privilégier tôt le matin : le sable y est plus dur, la température est encore douce, il n’y a pas trop de monde et les couleurs sont superbes.

Conseil pratique : Compter au minimum 3h pour effectuer la boucle totale : l’ascension de la dune puis le retour par Dead Vlei.

L'arbre le plus célèbre de Dead Vlei
2. Se promener au milieu des Acacias calcinés de Dead Vlei

Dead Vlei, la perle du Namib !

Signifiant le « marais mort », c’est une cuvette d’argile asséchée située en plein coeur du désert. En venant ici, on comprend tout de suite pourquoi ces très célèbres arbres morts sont en photos partout. Impossible de décrocher son appareil de ces magnifiques sujets à la photogénie parfaite !

D’autres Vlei peuvent aussi être visités, notamment Sossusvlei et Hidden Vlei.

Coucher de soleil à Elim Dune
3. Assister au coucher du soleil sur la Dune Elim

Elim est la dune la plus proche de Sesriem, à seulement 5km du camping. C’est la meilleure option pour assister au coucher du soleil car elle permet de rejoindre la sortie avant la fermeture des portes. Elle offre un panorama splendide et une mosaïque de couleurs : du sable ocre, des herbes vertes, une savane jaune et des montagnes bleues.

Conseil pratique : Se garer au parking située au pied de la dune à 10 min du camping. Compter 30 min minimum d’ascension – je conseille fortement d’y consacrer 1h pour en profiter.

La célèbre dune 45 dans le désert du namib
4. Gravir la dune 45

Un autre grand classique consiste à effectuer l’ascension de la Dune 45 de nuit pour y contempler le lever du soleil. Située à 45 km de Sesriem, il est en effet possible de l’atteindre à temps. Il faudra par contre pour cela séjourner à l’intérieur du parc. Nous n’avons pas pu grimper cette dune, mais la vue de son sommet semble superbe.

Paysage de Sesriem canyon
5. Se promener dans le Canyon de Sesriem

Datant de plus de 15 millions d’années, ce canyon long de 1 km a été creusé par la rivière Tsauchab et représente aujourd’hui la seule source permanente d’eau. Il a donné son nom à la ville de Sesriem, qui signifie « six courroies » en Afrikaans, en référence aux chariots à bœufs permettant de puiser l’eau. La ballade dans les profondeurs du canyon est agréable et offre une ombre salutaire en pleine journée.

Conseil pratique : Se garer au parking situé à l’entrée du canyon, à 10 min de voiture du camping. Prévoir 1h-1h30 pour la ballade complète.

Le récit de nos deux jours dans le Namib

Ça y est, nous y sommes ! Aujourd’hui, nous allons enfin découvrir le légendaire désert de Namib. J’attends cela depuis mes toutes premières recherches sur la Namibie. Ses belles dunes ocres et ses si photogéniques acacias calcinés de Dead Vlei m’ont fait rêver depuis des mois.

Sur le chemin pour Sesriem, nous ne manquons pas l’arrêt traditionnel à Solitaire, où nous savourons d’excellentes patisseries faites maison à la McGregor’s bakery : apple pie, apple strudel, muffin et cinnamon roll … nous les testons tous ! Et aucun ne nous déçoit,  ils sont tous excellents.

Vieille voiture abandonnée à Solitaire

La célèbre boulangerie de Solitaire
Vieille voiture à Solitaire, Namibie
Vieux tracteurs à Solitaire, Namibie

Lorsque nous arrivons à Sesriem, il est un peu plus tard que prévu. Nous ne voulons pas rater le coucher de soleil, nous décidons donc de ne pas rouler jusqu’à la Dune 45.

Nous préférons opter pour une balade dans Sesriem canyon, qui se trouve à seulement 10 min en voiture du camping. La promenade est sympa, et c’est agréable de marcher un peu. Les températures sont bien montées cette après-midi, et l’ombre du canyon est accueillie avec plaisir.

Au dessus de Sesriem Canyon
Petit arbre dans le canyon de Sesriem
Paysage de Sesriem canyon
Au fond du canyon de Sesriem

Le soleil se couche vers 18h45, les dames de la réception nous disent qu’il faut environ 10-15 min pour monter au sommet de la dune Elim (nous nous rendrons compte plus tard que ce délai était largement sous estimé), nous voulons avoir le temps de profiter. Nous prévoyons donc un départ du camping à 17h30 pour démarrer l’ascension à 17h45, et ainsi avoir une heure pour profiter des belles couleurs du couchant.

Mais au moment de partir, le sort en a décidé autrement, l’une des roues de notre 4×4 est à plat ! C’est notre première roue crevée du voyage (il y en aura deux), nous ne sommes pas très confiant sur l’utilisation du crique de compétition que nous avons. Mais les garçons font preuve de calme et de méthodes. Ils changent la roue comme de vrais pros ! Nous partons pour le coucher du soleil 30 min plus tard que prévu.

Il est 17h15. Nous nous élançons à la conquête de cette petite dune … au pas de course. Personne ne croit vraiment que nous y arriverons, et pourtant, nous réussissons tous à atteindre le sommet à temps. Cela n’a tout de même pas été de tout repos, et je conseille vivement de consacrer une belle heure à l’escalade de cette jolie dune. Les couleurs sont sublimes, nous croisons un Oryx. Le moment est magique.

Un Oryx sur la Dune Elim
Fin du coucher de soleil sur Elim Dune
Coucher de soleil à Elim Dune
Elim Dune

Vue depuis Elim Dune après le coucher du soleil

De retour au camping, nous décidons de dîner au restaurant du camp. Le repas est bon et le serveur est vraiment super ! Il a plein de bons conseils à donner et d’histoires à raconter. Nous passons une agréable soirée, puis allons nous coucher tôt afin d’être en forme pour le réveil matinal du lendemain matin.

Le réveil sonne à 5h15, une heure avant l’ouverture des portes.

Nous mettons de l’eau à bouillir et nous nous attelons au rangement des tentes. Ce n’est que notre deuxième nuit en camping, nous n’avons donc pas encore tout à fait le coup de main, sans compter qu’il fait nuit noire et que nous sommes à la frontale. Mais comme la veille pour le changement de roue, tout le monde se débrouille comme un chef ! Nous avalons un petit café, et à 6h45 (un peu plus tard que prévu donc), nous sommes enfin prêt pour décoller. Big daddy, nous voilà !

Il fait encore nuit noir lorsque nous démarrons. Nous faisons bien attention de ne pas dépasser la limite fixée à 60 km/h, nous pourrions rencontrés des animaux sur la route. Et puis de toute façon c’est la règle, nous ne sommes quand même pas venu là pour ne rien respecter ! Je précise cela car nous avons été surpris de constater au retour que quasiment personne ne respectait cette limite. Je trouve cela dommage et d’ailleurs je m’étonne toujours que des gens qui traversent la terre entière pour venir contempler la beauté de la nature ne soit pas capable de suivre des règles qui ont été instaurées pour la préserver. (Désolée pour ce petit cri du cœur 😉 !)

Le jour se lève petit à petit. Tout autour de nous se dressent des dunes à perte de vue, dont les couleurs ne cessent de changer. Nous croisons plusieurs oryxs qui nous regardent passer. A 7h15, le soleil fait son apparition dans notre dos. Quelle ambiance ! C’est vraiment apaisant.

Lever du soleil dans le désert du Namib
Un Oryx à l'aube dans le désert du Namib
Deux oryx dans le désert du Namib
Départ matinal en 4x4 pour découvrir le désert du Namib

Bientôt sur notre gauche, nous apercevons une dune à l’allure fière, aux pieds chargés de voitures et au dos constellé de petits point noirs. C’est la Dune 45, et tous les courageux qui se sont levés tôt pour y admirer le lever du soleil. La vue est sûrement très belle la haut, mais nous ne nous arrêtons pas et traçons la route. Bientôt le couloir entre les dunes se resserre, et les paysages deviennent encore plus beaux.

Arrivés a la fin de la route goudronnée, nous n’hésitons qu’un bref instant avant de nous engager sur la piste de sable mou. C’est aussi ça l’aventure Namibienne !

Nous avions dégonflé nos pneus à 2 bars à notre arrivée sur les gravel roads, donc nous ne les dégonflons pas plus. Nous respectons le mot d’ordre : rouler doucement, sans à coups, et surtout, ne pas s’arrêter !

Le début de la piste ne présente pas de difficulté, et le 4×4 avance sans broncher. Arrivés à la moitié du chemin, les choses se compliquent un peu. Le sable devient plus mou et une voiture est enlisée pile en face de nous. Nous devons ralentir et effectuer un écart pour suivre de nouvelles traces. L’opération est un peu chaotique, et nous avons notre petite frayeur. Mais finalement le 4×4 repart. Bientôt nous apercevons l’arrivée. Hourra, nous avons réussi !

Du parking déjà, la vue est splendide.

Super panorama de Big Daddy depuis le parking

Une fois tout le monde prêt, nous partons enfin à l’assaut de Big Daddy. N’étant pas les premiers, nous n’avons aucun mal à trouver le chemin : il suffit de suivre les traces de pas. D’ailleurs marcher dans celles-ci aide énormément lors de l’escalade de la dune. A mesure que nous grimpons, le paysage est de plus en plus beau. Une mer de dune se dresse devant nous, et avec elle tous ses « Vlei », des cuvettes blanches faites d’argile.

A l'assaut de la célèbre dune Big Daddy
La vue des dunes du Namib depuis Big Daddy
La crête de Big Daddy dans le désert du Namib
Les dunes du désert Namib

Contrairement à la veille sur la Dune Elim, nous montons cette fois à notre rythme, l’effort est donc beaucoup moins éprouvant. Arrivés à mi hauteur, nous hésitons : grimper jusqu’au sommet nous tente énormément, mais le soleil est déjà haut et il commence à faire chaud. Pour éviter que Lily ne soit encore en plein soleil lorsqu’il est au zénith, nous décidons de descendre directement sur Dead Vlei. Nous dévalons la dune, évidemment beaucoup plus rapidement que nous l’avons monté ! Une quantité astronomique de sable s’invite dans nos chaussures, mais c’est très marrant !

Petite remarque en passant : j’ai lu dans de nombreux blogs que beaucoup enlevaient leurs chaussures pour sentir le sable sous leurs pieds. Cela doit sans aucun doute être très agréable. Ceci étant dit, je sais qu’il y a de nombreux insectes et autres bêtes vivant dans ce sable. Je ne conseillerais donc pas de le faire. Mais maintenant, c’est à vous de choisir !

Dévaler Big Daddy
Le chemin de descente de Big Daddy

C’est encore un décor sublime qui nous attend en bas : les fantomatiques arbres morts de Dead Vlei.

Le sol craquelé, les Acacias calcinés et les montagnes de sables oranges font de cet endroit un rêve pour les photographes. Il a en tout cas tout de suite conquis mon cœur.

Dead Vlei dans le désert du Namib
Le sol craquelé de Dead Vlei
Le plus célèbre acacia de Dead Vlei
Un arbre mort à Dead Vlei

Un arbre mort à Dead Vlei
Un arbre mort à Dead Vlei

Quelle sensation que d’être là, après tant de mois à en avoir rêvé ! C’est un endroit vraiment spécial, comme immortel, qui semble si fragile mais en même temps si majestueux. Il m’est difficile de retranscrire cette émotion. En tout cas, malgré mes très grandes attentes, je ne suis vraiment pas déçue. 

Nous restons profiter de cette ambiance pendant une petite heure, avant finalement de reprendre le chemin du parking.

Au final, la boucle nous a pris environ 2h, mais nous ne sommes pas montés jusqu’au sommet. Prévoyez donc plutôt 3h pour l’ascension complète et le retour via le Vlei. Pour ceux inquiets de la difficulté, je suis certaine qu’en prenant son temps, chacun peut y arriver. Et ça vaut le coup, croyez moi, vous ne le regretterez pas !

Sur le retour, nous nous arrêtons au pied de la Dune 45. Celle-ci a également beaucoup d’allure. Malheureusement, étant tombée en panne de batterie d’appareil photo, je n’ai pas de photos à vous montrer.

Nous profitons encore des derniers paysages avant de quitter ce sublime parc.

Nous roulons finalement vers le Moon Mountain Lodge, pour découvrir un autre de nos coups de coeur. Retrouvez mon article sur ce super lodge ici [article en cours d’écriture].

Vous avez aimé cet article ? Epinglez-le sur Pinterest !

Epingle Pinterest Big Daddy et désert du Namib
Epingle Pinterest Elim Dune et désert du Namib
Epingle Pinterest Dead Vlei et désert du Namib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *